Crise économique situation au Sri Lanka

Crise économique : la situation au Sri Lanka.
Vous l’aurez compris, dans cet article, nous allons parler de la crise économique et de la situation au Sri Lanka. Après vous avoir expliqué les différentes raisons pour lesquelles l’ancienne Ceylan vit la plus grosse crise économique de son histoire, il est temps de vous en dire plus sur la situation sur place.
Cette situation évolue régulièrement, cet article sera donc mis à jour le plus souvent possible.

Comme à chaque fois, nous allons vous parler en toute transparence. Nous essayerons de vous expliquer la situation sur place tant du point de vue des sri lankais, que des expatriés. Enfin et surtout, nous vous expliquerons en quoi cette crise économique impactera, ou pas, votre voyage.
Le but de cet article n’est pas de vous convaincre ou non de découvrir le Sri Lanka, cette décision vous appartient

 

Crise économique : la situation au Sri Lanka. Les dates clés

31 mars 2022

Les pénuries de gaz et d’essence se font de plus en plus sentir, les coupures d’électricité augmentent et l’inflation est galopante.
C’est le début des premières grosses manifestations à Colombo. Elles dégénèrent quand la police essaie de disperser la foule en utilisant des lacrymo et des canons à eau. Les manifestants en colère tentent d’entrer dans la maison privée du président. Environ 50 personnes ont été blessées, un couvre-feu de quelques heures a été imposé. Plus de 45 personnes arrêtées.

1 avril 2022

Près de 300 avocats se rendent aux postes de polices pour demander la libération des personnes arrêtées la veille.

2 avril 2022

L’état d’urgence et un nouveau couvre-feu sont décrétés.
L’idée est simple : éviter à la population de répondre présente à une manifestation nationale prévue le 3 avril 2022.

3 avril 2022

Une manifestation massive avait été annoncée sur l’ensemble de l’île.
Afin de la limiter et de tenter de la contrôler, le gouvernement a bloqué les réseaux sociaux. Cette mesure, jugée abusive, a été condamnée par la communauté internationale qui a demandé au gouvernement de respecter les droits de l’Homme, des citoyens et la liberté d’expression du peuple sri lankais. Les réseaux sont rétablis le jour même dans l’après-midi.
Le même jour, 26 ministres démissionnent mais 4 réintègrent le gouvernement les jours suivants.

5 avril 2022

Nouvelles démissions de membres du gouvernement. Les manifestations continuent et grandissent dans tout le pays. L’état d’urgence est levé.

9 avril 2022

Après plusieurs jours de fortes manifestations à travers le pays, la population se réunit en masse sur le Galle Face Green à Colombo.
Malgré la pluie, les brouilleurs internet et l’insécurité grandissante face à la forte présence militaire, les gens se sont rassemblés en nombre. Un camp de manifestations est érigé. C’est la naissance du GotaGoGama
La signification de ce nom :
Gota est le surnom du président Gotabaya
Go = pars en anglais
Gama = village en cingalais

Le Président Gotabaya Rajapaksa avait le passeport américain, les manifestants lui demandaient donc de démissionner et de rentrer aux USA.

13 et 14 avril 2022

De nombreux sri lankais se sont rendus au GotaGoGama au lieu de célébrer le nouvel an cingalais en famille. Cette fête si importante était gâchée depuis 2020 par l’arrivée de la pandémie mondiale. Et pourtant, de nombreux sri lankais ont préféré aller manifester plutôt que de la célébrer en famille.
Plusieurs personnalités publiques, chanteurs, avocats, acteurs, joueurs de cricket, activistes et même des membres de la tribu des veddas se sont rendus sur place pour manifester

17 avril 2022

Le dimanche 17 avril 2022, des commémorations pour les attentats de Pâques sont organisées au GotaGoGama. L’hymne national est chanté en tamoul et en cingalais pour montrer l’unité du pays. Le soir même, les manifestants utilisent des projecteurs pour illuminer le secrétariat présidentiel du slogan : Go home Gota.

19 avril 2022

De longues files d’attente pour obtenir de l’essence se sont formées à Rambukkana. Les gens excédés ont bloqué un passage à niveau. La police est arrivée sur place et a dispersé la foule en utilisant des lacrymo. Des affrontements ont eu lieu et des policiers se seraient servi de leur arme. 1 personne est décédée et 12 autres ont été blessées.
Un couvre-feu a été imposé dans cette localité.

28 avril 2022

Une grève massive nationale a été organisée par plus de 1000 syndicats. Elle a été très très largement suivie dans l’ensemble du pays.

6 mai 2022

L’état d’urgence est déclaré.

9 mai 2022

Des partisans de la dynastie Rajapaksa se sont rendu au village de Gota Go Gama à Colombo afin d’en découdre avec les opposants mais aussi de démanteler le site. Ces attaques très violentes ont été condamnées par la communauté internationale. On recense 2 morts et 139 blessés.
Certains partisans du gouvernement ayant perpétré ces attaques auraient avoué avoir été payés pour les réaliser. Ces révélations ont créé la colère du peuple sri lankais qui manifestait pacifiquement jusque-là.
Cette nuit-là, de nombreuses maisons et biens de personnalités publiques ou d’anciens ministres qui soutenaient le clan Rajapaksa ont été incendiés. Dans la foulée, un nouveau couvre-feu est mis en place.
Le même jour, le Premier ministre Mahinda Rajapksa présentait sa démission.

10 mai 2022

Mahinda Rajapksa et sa famille prennent la fuite vers Trincomalee et trouvent refuge dans une base navale.

11 mai 2022

Le gouvernement déploie l’armée en masse à Colombo et près des résidences de membres et ex membres du gouvernement. Ils reçoivent l’ordre de tirer à vue.

12 mai 2022

Des enquêtes sont en cours concernant les attaques du 9 mai 2022. C’est pourquoi, le Fort Magistrate’s Court à ordonné l’interdiction de quitter le pays à 17 personnalités publiques.

13 mai 2022

L’opposition grandissante se fait sentir concernant Ranil Wickremesinghe, un politicien qui a déjà été plusieurs fois Premier Ministre. Les manifestants refusent qu’il le soit une nouvelle fois.

23 mai 2022

Une date très importante puisque le nouveau 21e amendement a été mis à la constitution.
C’était une des requêtes des manifestants. Les pouvoirs jusque-là illimités du Président ne le sont plus. Il est également dorénavant interdit aux personnes ayant la double nationalité de siéger au parlement. Ce qui implique notamment que Basil Rajapksa (frère du président) ne peut plus être impliqué dans la politique du pays.

9 juin 2022

Basil Rajapaksa, alors ministre des Finances, démissionne.

8 juillet 2022

Un couvre-feu a été annoncé afin d’éviter les manifestations prévues le lendemain. Le gouvernement a également supprimé les trains qui devaient se rendre à Colombo.

9 juillet 2022

Une journée historique dans l’histoire du pays.
Des centaines de milliers de personnes se sont rendues à Colombo demandant la démission du président et ce, malgré les importantes pénuries d’essence. Les trains étaient tellement remplis de monde que certaines personnes étaient assises sur les toits. Une situation très dangereuse qui a d’ailleurs causé la mort d’un manifestant.

Le site de Gota Go Gama était noir de monde. Les images étaient véritablement impressionnantes. Les militaires et la spécial Task Force (unité d’élite), étaient déployés massivement dans les rues et quartier adjacents. Et, malgré un important dispositif militaire, les manifestants ont réussi à pénétrer dans le secrétariat présidentiel ainsi que dans la maison privée du président.

L’idée était simple : Occuper les lieux.
Et c’est exactement ce qu’ils ont fait. Les manifestants ont été vu en train d’organiser une fête dans la piscine, en train de cuisinier, de jouer aux cartes et même d’utiliser la salle de bains du Président. Des manifestants ont même été photographiés en train regarder les informations qui parlaient justement d’eux.
Des centaines de photos « rigolotes » devenues symboles de cette journée historique sont apparues sur les réseaux.
Si, dans l’ensemble, cette journée s’est déroulée de façon pacifiste, une soixantaine de personnes ont tout de même été hospitalisées.
Dans la nuit du 9 au 10 juillet, la maison privée du Premier Ministre Ranil Wickremesinghe a été incendiée.
Au même moment le Président a fuit mais personne ne sait réellement où.

10 juillet 2022

La maison du Président est toujours occupée par les manifestants et des milliers de personnes viennent de toute la région pour la visiter.
De longues files d’attente se forment pour pouvoir accéder au site. Les familles y passent de longues heures, jouissant de tout le confort de la maison, allant jusqu’à pique-niquer dans le jardin et profitant de la piscine.
le Président, toujours introuvable, annonce qu’il démissionnera le 13 juillet 2022.

13 juillet 2022

Après plusieurs tentatives infructueuses, le Président Gotabaya Rajapaksa parvient enfin à fuir aux Maldives à bord d’un avion de l’armée. Il a ensuite pris la direction de Singapour.
La démission du Président entraînait la fin de son immunité présidentielle, il courait donc un risque d’être arrêté et de ne pouvoir quitter le pays.

14 juillet 2022

Gotabay Rajapksa envoie sa lettre de démission par email au président du Parlement. Comme la constitution le veut, Ranil Wickremesinghe, le Premier Ministre devient alors président par intérim. Ce qui ne plaît pas aux manifestants.
L’état d’urgence et un couvre-feu sont encore une fois déclarés. Les manifestants annoncent se retirer de la maison présidentielle afin de la rendre à l’état.

15 juillet 2022

Le Président du parlement annonce publiquement la démission de Gotabaya Rajapksa et proclame Ranil Wickremesinghe comme président intérimaire.
Une décision que ne plaît pas aux manifestants, ils décident donc de renommer le site de GotaGoGama.
Le village GotaGoGama est rebatisé RanilGoGama.

22 juillet 2022

Vers 2h00 du matin, l’armée, épaulée des forces spéciales, fait irruption au RanilGoGama afin de démanteler le camp de manifestations.
Une opération musclée puisque plus de 50 personnes ont été blessées et 9 personnes ont été arrêtées.
La communauté internationale a une nouvelle fois réagi et condamné cette opération.

Crise économique : la situation au Sri Lanka. GOTA GO GAMA : village de manifestants

Le village de manifestants est vite devenu un village au sens propre du terme.
Le camp a bénéficié de toutes les « infrastructures » de base. Plusieurs tentes ont été aménagées. On y trouvait une école, une bibliothèque, un espace avec de la nourriture et de l’eau, des antennes électriques ont même été installées, mais ce n’est pas tout. Une tente avait même été aménagée par la croix rouge et une seconde servait pour les consultations ayurvédiques.
Nous vous avions d’ailleurs montré des images du site sur notre compte instagram.

Plusieurs « villages » similaires ont vu le jour un peu partout sur l’île et ont été progressivement démantelés.

Crise économique : la situation au Sri Lanka.

Pour les locaux :

On ne va pas se mentir, la situation est catastrophique pour les sri lankais. L’inflation a atteint plus de 60 % en juillet 2022. L’inflation alimentaire, elle, a atteint les 90%. La situation est telle que beaucoup de familles ne peuvent se permettre de faire 3 repas par jour.
Les pénuries de gaz et d’essence n’arrangent en rien le quotidien des sri lankais. Faute de ces ressources et du manque de touristes, beaucoup ont perdu leur emploi.
En plus d’une inflation record et du manque de produits de première nécessité, les sri lankais doivent vivre avec des coupures d’électricité quotidiennes. En mai, elles duraient plus de 10h00. Aujourd’hui (juillet 2022), les coupures quotidiennes sont d’environ 4 heures.
Au Sri Lanka, les aides sont quasi inexistantes, il n’y a pas de chômage, ni de sécu et les bénéficiaires de la retraite sont peu nombreux.
Les sri lankais doivent donc vivre au jour le jour.

Pour les expatriés :

Là encore, je vous parle en toute transparence.
Les expatriés (personnes employées par des organismes ou des sociétés ou qui sont rattachées à l’état) ne sont que très peu impactés par cette crise économique.
La majeure partie d’entre eux vivent dans des maisons ou immeubles équipés de génératrices. Les coupures d’électricité ne sont donc pas forcément un problème.
En ce qui concerne l’inflation, les expatriés ne sont, là aussi, pas beaucoup impactés. Ces personnes perçoivent leur salaire en euros.
Il y a quelques mois, la roupie a été dévaluée. Bien que les prix aient explosé, le pouvoir d’achat des expatriés n’a que très peu été touché.
Le seul véritable problème est lié à l’essence. Il est difficile de remplir les réservoirs d’essence et tout comme il peut être compliqué de trouver des véhicules pour les déplacements.

Pour les expats dans le tourisme :

Les choses sont plus compliquées.
Les tarifs appliqués par les différents professionnels du tourisme sont en euros ou en dollars. En théorie, les montants facturés sont plus importants qu’avant la crise économique. En théorie, bien sûr, car le manque de touristes impacte directement nos rentrées d’argent. De plus, l’inflation se ressent énormément au quotidien dans nos factures et dans nos courses.
En gros, les montants encaissés sont plus importants mais ils sont également beaucoup beaucoup  plus rares.
Pour la troisième année consécutive, les professionnels du tourisme sont touchés de plein fouet.
En ce qui concerne les coupures d’électricité, les petites structures comme notre guest house à Kandy ne sont pas équipées de génératrices.

Crise économique : la situation au Sri Lanka. Faut-il reporter vos vacances ?

Si dans le paragraphe précédent, je vous parlais de la situation sur le papier, il est temps de vous parler de la situation humaine.
Honnêtement, je nous considère comme chanceux comparé au peuple sri lankais. J’ai (nous avons) les moyens de faire 3 repas par jour. Je peux payer mon loyer, avoir des loisirs et voir venir le futur.
J’ai la possibilité de quitter le pays si je le souhaite, chance que les sri lankais n’ont pas.

Crise économique : La situation au Sri Lanka.
Quel est l'impact pour les locaux du manque de tourisme ?

Il serait impossible de terminer cet article « crise économique : la situation au Sri Lanka  » sans parler de l’impact du manque de tourisme sur la vie des sri lankais.
Il faut bien comprendre que derrière chaque touriste qui vient au Sri Lanka, il y a une véritable économie qui se crée.
Par exemple, avoir des touristes dans notre guest house, nous permet de faire travailler deux à trois personnes. Lorsqu’elles travaillent, ces personnes sont nourries et perçoivent un salaire. Cette rentrée d’argent est essentielle pour faire vivre leur famille.
Bien souvent au Sri Lanka, il n’y a qu’un membre de la famille qui travaille. Ce seul salaire sert pour toute la famille, y compris pour prendre soin des beaux-parents.
Les employés de maison ne sont pas les seuls à bénéficier de la venue des touristes. Nous devons nous rendre chez le maraîcher, à la boulangerie et à la blanchisserie. Pour ces trajets, nous faisons appel à un chauffeur de tuk-tuk. Autant de personnes qui bénéficient directement de la présence des touristes.

Ces mêmes touristes vont, durant leur voyage, dormir dans différents établissements, vivre différentes expériences, se rendre dans des restaurants, etc. autant d’établissements et lieux qui engagent des sri lankais et qui, eux aussi, participent à l’économie locale.

Vendeurs de fruits et de légumes, paysans, cueilleuses de thé, chauffeurs de tuk-tuk, bouchers, poissonniers, fleuristes, jardiniers, femmes de ménage, porteurs de bagage, blanchisseries, chauffeurs, guides, vendeurs d’offrandes, serveurs, etc.

Vous l’aurez compris derrière chaque touriste, plusieurs corps de métiers vont être sollicités.
Si les restaurants n’ont pas de clients, les restaurateurs n’ont pas besoin de serveurs. Ils ne vont pas non plus au marché. Les vendeurs de légumes n’achètent alors pas de produits aux paysans.

Nous avons reçu plusieurs commentaires concernant les longues files d’attente pour l’essence. Le fait que les véhicules avec des touristes soient prioritaires est effectivement gênant, nous sommes d’accord. D’un autre côté, dites vous bien que certaines personnes qui attendent dans les files sont les mêmes qui vont bénéficier de la présence du tourisme.
Les sri lankais ont plusieurs métiers. Lorsque notre homme de maison ne travaille pas, il est chauffeur de tuk-tuk, il est donc régulièrement dans les files d’attente.
Lorsque notre guest house est complète, il vient chaque jours et il n’a nullement besoin d’attendre dans les stations service.

Crise économique : la situation au Sri Lanka. Les touristes sont prioritaires

Nous avons reçu plusieurs commentaires concernant les longues files d’attente pour l’essence.
Le fait que les véhicules avec des touristes soient prioritaires est effectivement gênant, nous sommes d’accord. D’un autre côté, dites vous bien que certaines personnes qui attendent dans les files sont les mêmes qui vont bénéficier de la présence du tourisme.
Les sri lankais ont plusieurs métiers.
Lorsque notre homme de maison ne travaille pas, il est chauffeur de tuk-tuk, il est donc régulièrement dans les files d’attente.
Lorsque notre guest house est complète, il vient chaque jours et il n’a nullement besoin d’attendre dans les stations service.

Crise économique : la situation au Sri Lanka. Comment elle va impacter vos vacances ?

On ne va pas se mentir, il est évident que la crise économique va, d’une façon ou d’une autre, impacter vos vacances. Il est donc primordial que votre voyage soit bien préparé.

Voyager avec un chauffeur

Le gouvernement sri lankais recommande aux voyageurs de se déplacer avec un chauffeur. Pourquoi ?
Comme mentionné dans le paragraphe précédent, les chauffeurs enregistrés bénéficient de laissez- passer pour les stations service.
Voyager avec un chauffeur, permet donc de voyager plus sereinement.
Ce mode de transport est une nouveauté pour beaucoup d’entre vous, il est donc important de bien choisir le chauffeur qui vous accompagnera. Nous vous invitons donc à lire notre article Comment bien choisir son guide ?

A noter :
Bien que votre chauffeur bénéficie d’un laissez-passer, certaines stations leur refusent tout de même la priorité.
Il est donc important d’optimiser vos déplacements et d’éviter les aller-retours inutiles.
De plus, restez humains ! Votre chauffeur passera forcément une voire plusieurs nuits dans les stations service, ne lui faites pas faire des horaires et des kilomètres délirants.
Il ne vous dira jamais non, mais mettez-vous à sa place.

Les transports en commun

Si vous choisissez de vous déplacer en transports en commun, sachez que c’est possible. Cela va être plus compliqué qu’en temps normal car les bus et les trains sont moins nombreux.
De plus, il est important de ne pas vous déplacer durant les heures de sortie d’école et de travail. Les bus seront bondés.
Autre conseil, gardez toujours en tête qu’il faudra très probablement prévoir un plan B.
Voyager au Sri Lanka en transports en commun est donc tout à fait possible mais il faut planifier et organiser un minimum ce voyage. Le last minute n’est pas forcément recommandé.

Louer un véhicule

Voyager au Sri Lanka en tuk tuk c’est possible !! Flo, un lecteur du blog, vous a partagé son expérience sur le blog. Vous êtes très nombreux à souhaiter faire de même.
Si en temps normal je vous encouragerais à le faire, la situation actuelle rend les choses compliquées.
Bien qu’étant touristes, vous ne bénéficierez pas de laissez-passer aux stations. En effet, d’une certaine façon, vous n’engagez personne sur plusieurs jours pour vous conduire.
Vous serez donc très mal reçus et allez vite vous retrouver en manque d’essence.

Humainement

C’est la partie de votre voyage qui sera la plus impactée par la crise économique.
Le pays souffre depuis 2019 et les attentats de Pâques. Les quatre dernières années ont été terribles.
Mais, vous verrez que malgré une situation sans précédent, les sri lankais feront tout pour rendre votre voyage agréable et vous faire sentir les bienvenus. Ils gardent le sourire et leur sens inné de l’hospitalité.
Une bien belle leçon de vie.

Crise économique : la situation au Sri Lanka La conclusion

Venir ou non au Sri Lanka, la décision vous appartient pleinement et vous êtes seuls à pouvoir la prendre.
Maintenant que vous avez lu cet article, vous avez toutes les cartes en mains pour vous décider. Ce choix doit être en accord avec votre façon de voyager et vos envies.
Venir au Sri Lanka, c’est soutenir le pays et l’économie locale. En choisissant des petites structures, en réalisant des expériences et des activités avec les locaux, vous donnez une chance à ces personnes d’avoir un revenu et de ne pas seulement survivre mais vivre.

Voyager au Sri Lanka pendant la crise économique demande d’être préparé et d’avoir pleinement conscience que tout ne va peut-être pas se passer comme prévu. Que peut-être il va falloir avoir un plan B.
Bien entendu et comme dans toutes situations, il y a des avantages et des inconvénients. Etre seuls sur le rocher du lion qui habituellement est rempli de touristes est une véritable chance. Le Sri Lanka bénéficie de nombreux sites historiques, de parcs nationaux et de plages de rêves, les découvrir sans autres touristes est encore une fois exceptionnel. Mais il est important également de garder en tête qu’il y a aussi des points négatifs à cette situation.

Vous avez aimé cet article ?

N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux 🥰

Vous pouvez également aimer notre page Facebook, nous suivre sur Instagram et échanger avec d’autres voyageurs sur le groupe facebook du blog.

Vous pouvez aussi vous abonner au blog en cliquant sur le bouton juste en dessous afin d’être averti(e) dès qu’un nouvel article sera publié !

Merci pour votre soutien 

Commentaires:

  • Clara

    14 août 2022

    Merci Clème et Fab, article toujours aussi passionnant !! Courage pour la suite et à bientôt !

    Répondre

Poster un commentaire

AUTRES ARTICLES:
Abonnez
vous

Ne manquez plus les dernières actualités du Sri Lanka et du blog Un Passeport en Cavale et soyez avertis dès la publication d’un nouvel article. Vous pourrez-vous désabonner à tout moment.

* Pas de spams, c’est promis 😉 

Découvrez
NOTRE SERVICE DE TRAVEL PLANNER

Besoin d’un coup de pouce pour l’organisation de votre voyage au Sri Lanka ?

 
Nous pouvons vous accompagner à l’aide de notre service de travel planner :)